Bernard Gallet est décédé

12 févr. 2020 20:00:00 dans Amateurs

Ancien joueur de la glorieuse époque de l’Etoile, Bernard Gallet est décédé, dimanche, à l’âge de 80 ans à Reims où il vivait depuis un an suite au décès de son épouse, Régine.

S’intéressant toujours de très près aux résultats d’un club qu’il avait « dans les tripes », Bernard avait, en décembre 2016, visité l’Aréna avant de se prêter à une interview sur le site de l’Etoile.

Après avoir débuté à la Jeune France de Mézières, il fut recruté en raison de son grand gabarit (2 mètres) par Charles Remy en juillet 1956.

"Il était venu chez mes parents alors que j’avais 16 ans et m’avait convaincu de venir en me proposant de jouer d’abord avec la réserve tout en faisant les entraînements et les déplacements avec l’équipe première."

Comme d’autres, tels que Barbosa, Yvon Iberraken, Le Goff, Dauchy, Lenel, Noulet, Mercy, Noiret et Laurain, Bernard sera vite surclassé et propulsé dans l’équipe fanion aux côtés des Beugnot et Asclar pour jouer de façon régulière à partir de 1958.

"Malgré mon manque d’expérience, j’ai rapidement eu la confiance de Jean Perniceni et fait ma place au sein de l’équipe. Du coup, je me suis retrouvé au Bataillon de Joinville aux côtés des Degros, Ruiz et des frères Mayeur" se rappelait-il en fin 2016.

A l’Etoile, il faisait souvent office de doublure de Jean-Paul Beugnot qu’il remplaça toujours efficacement comme durant les matches de Coupe d’Europe contre le Partizan de Belgrade. « J’ai eu aussi la chance d’affronter Korac ».

 

Un beau palmarès

 

Avec l’Etoile, Bernard Gallet fut sacré deux fois champion de France en 1958 et 1960 et remporta deux fois la Coupe de France en 1958 et 1959, tout en participant à plusieures rencontres européennes à Barreirense, Madrid et Belgrade. Ce palmarès lui a aussi valu d’être international militaire et espoirs.

Parti à Caen en 1961, il revint rapidement à l’Etoile pour y finir sa carrière professionnelle en 1969 avec Beugnot, les frères Iberraken, Le Goff, Odsadczuk, Perniceni, Daval, Lanaille et Bobin.

Par la suite, Bernard joua à Rocroi avec qui il fut champion des Ardennes à… 50 ans, sans perdre un seul match dans la saison.

Outre sa carrière de basketteur, Bernard a travaillé durant 26 ans à la ville de Charleville-Mézières comme responsable des personnels œuvrant dans les salles de sports, les stades, les piscines et les établissements scolaires.

Au début des années 70, il fit aussi office de projectionniste aux cinémas « L’Omnia » et à « L’Artistic » avant de tenir, parallèlement à son travail à la ville, le bar « Le Tiercé » et le dancing « Le Skansen » jusqu’en 1987.

A l’heure de la retraite, Bernard est allé vivre à Agen où il fit construire… l’hôtel « Arduinna ». Puis en 1993, il fut le gérant avec Régine du bar-brasserie « Le cinq » à Oloron Sainte-Marie à côté de Pau.

A ses deux filles, Véronique qui est employé au service comptabilité de la ville de Charleville-Mézières et Natalie qui travaille dans un hôpital à Reims, les dirigeants de l’Etoile adressent ses plus sincères condoléances.

Les obsèques de Bernard Gallet seront célébrées à Reims avant que son corps soit inhumé au cimetière de Villers-Semeuse.

Pascal REMY 

 

Partager l' article